Stephan Eicher, L’envolée tour

Oui, il a chanté « Déjeuner en paix »

Pour tous ceux qui se demandaient si Stephan Eicher, hier soir dans le célèbre et mythique « Palace », où je n’étais jamais allée car pas parisienne lors de ses années fast, et pas tellement férue des spectacles qui s’y jouent aujourd’hui, je vous le dis : oui, il l’a chantée.

Oui, pour la plupart d’entre nous, Stephan Eicher est celui à qui cette femme lui demande s’il lui fera un bébé pour Noël.

Oui, moi aussi je l’ai dit, plusieurs fois même, que ce matin les nouvelles n’étaient pas bonnes et que j’aimerais qu’on me foute la paix.

Etc etc.

Il a aussi chanté les autres. Toutes celles qu’on connaît et qu’en plus on aime.
Parce qu’on aime Stephan Eicher, on n’y est même pas indifférents. On ne peut pas.
Au pire, il nous rappelle notre enfance (oui c’est mon cas), ou notre jeunesse. Au mieux, on aime car on connait ses autres albums.

Au mieux, car on connait Stephan Eicher le musicien, celui qui trace sa route, depuis des années. Qui semble étranger au brouhaha du show biz. Mais qui file sur sa voix.
Et sur scène, on l’aime encore plus, car il est à l’image de celle qu’on a déjà de lui.
Il nous étonne car il est drôle, il fait même parfois des sacrés blagues entre deux chansons. Le concert était intimiste, assez sensuel, voire carrément sexy.
Il était parfois émouvant et s’est terminé dans une fête totale où la foule qui était restée sage et bien assise sur son fauteuil rouge en velours a tourné en liesse lorsque Stephan Eicher et ses musiciens sont descendus parmi nous. C’était gai,, d’une joyeuseté touchante et vraiment généreuse.

Et puis si j’écris ici, dans le blog d’Arter pour raconter le concert d’hier, c’est surtout pour vous dire que le décor a été créé et produit par l’agence. Guillaume et Victor en sont les scénographes.

Ce décor est l’hommage que l’artiste veut rendre à cette industrie analogique et du disque qui s’éteint.

Aux disquaires barbus qui ont fermé leurs boutiques et aux k7 et autres 45 tours qu’on ne fabrique plus.

Ce sont donc des baffles qui composent ce décor. Elles ont été fabriquées dans un atelier de fabrication de décor, à Montreuil. Nous y étions un froid soir de Novembre. Voici les photos de l’atelier et celles du concert d’hier.

 

 

  • CLIENT Arter
  • LINK http://www.arter.net/lenvolee-tour/